Qui sommes-nous ?

Le GIE BLÉ DUR a été créé le 9 septembre 1983 par les obtenteurs français de blé dur.

Faisons ensemble ce que nous ne pouvons faire seuls ! Notre groupement a pour vocation de fédérer les différents acteurs de la filière blé dur autour de la recherche variétale. Notre objectif est d’échanger, de s’informer et de mener avec nos partenaires des projets d’ampleur par la mutualisation de nos capacités et en faisant appel aux compétences extérieures utiles.

Les membres actuels

………………………………………………………………………….

SYNGENTA FRANCE SAS – 12 Chemin de l’Hobbit – 31790 SAINT SAUVEUR

FLORIMOND DESPREZ VVE ET FILS SAS – BP 41 – 59242 CAPPELLE EN PEVELE

RAGT 2n SAS, rue Emile Singla – Site de Bourran – BP 3336 – 12033 RODEZ CEDEX 9

LIMAGRAIN EUROPE – Biopole Clermont Limagne – Rue Henri Mondor – 63360 SAINT BEAUZIRE

L’objet du groupement

………………………………………………………………………….

L’objet du groupement, dont le but est de faciliter ou de développer l’activité économique de ses membres, d’améliorer ou d’accroître les résultats de l’activité, est de :

Stimuler la recherche privée

  • Stimuler la recherche privée dans le domaine du blé dur par la mise en œuvre et l’utilisation des résultats des recherches menées par ses membres, par les Instituts publics et par l’ensemble des intervenants dans la filière « Blé dur ».

Encourager l’introduction de matériels génétiques nouveaux

  • Encourager ses membres à introduire dans leurs programmes de sélection des matériels génétiques nouveaux en vue de mettre à la disposition des utilisateurs des variétés améliorées sur un ou plusieurs critères.

Répondre à des Appels à Projets

  • Déposer différents Appels à Projets (FSOV, CASDAR/CTPS…), en partenariat avec des Instituts ou des entreprises, des projets de recherche appliquée comprenant un volet « amélioration génétique du blé dur ».

Le financement des projets

D’une manière générale, le Groupement réalisera toute opération financière civile, industrielle ou commerciale se rattachant directement ou indirectement à l’objet susvisé, recevra des aides de l’Etat dans le cadre d’actions nationales de développement de la recherche Blé dur et les fonds professionnels destinés à des recherches particulières dans le domaine de l’amélioration du Blé dur.

Le conseil d’administration du GIE

………………………………………………………………………….

Dès l’origine, recherche publique (INRA), industriels (CFSI et SIFPAF), agriculteurs (AGPB,ITCF, maintenant ARVALIS – Institut du Végétal) et interprofession (ONIC) ont été associés à la création du GIE, à son fonctionnement, ainsi qu’à ses travaux. Cette association se traduit notamment par la présence de représentants des différents acteurs de la filière au sein du Conseil d’Administration du GIE et par leur participation active aux réunions techniques comme aux Assemblées Générales de la structure.

Les présidents du conseil d’administration

 Les Présidents du Conseil d’Administration du GIE BLE DUR ont été successivement :

  • Victor DESPREZ, dès la création du GIE, en septembre 1983
  • Jean-Pierre HARDOUIN, à partir de juin 1999
  • Philippe LONNET, à partir de juin 2004
  • Michaël COCHARD, à partir de décembre 2017

Le comité scientifique

………………………………………………………………………….

De la même manière, un Comité scientifique, qui regroupe les représentants de chacun des acteurs de la filière (privés, publics, industriels et agriculteurs) veille au bon déroulement des programmes communs de recherche et présente chaque année , lors de l’Assemblée Générale, les résultats obtenus et les orientations à prendre.

Les présidents du comité scientifique

Les Présidents du Comité Scientifique du GIE BLÉ DUR ont été successivement :

  • Pierre GRIGNAC, dès la création du GIE, en septembre 1983
  • François KAAN, à partir d’avril 1990
  • Pierre ROUMET, à partir de juin 1996
  • Dominique DESCLAUX, à partir de juin 2000
  • Jean-Claude DUSAUTOIR, à partir de décembre 2008
  • Delphine HOURCADE-MARCOLLA, à partir de décembre 2017

Des partenaires précieux

Ainsi, depuis sa création, le GIE BLÉ DUR a toujours travaillé en étroite collaboration avec divers laboratoires et notamment ceux de l’INRA, d’ARVALIS – Institut du Végétal, du CRECERPAL (Centre R&D du Groupe Panzani), etc…

Cet effort commun de l’ensemble des partenaires de la filière blé dur, industriels, techniciens du développement et obtenteurs, avec le soutien du Ministère de l’Agriculture dans le cadre des contrats de branche, a permis à la sélection française de fournir aux agriculteurs et aux industriels des variétés performantes, alliant productivité et qualité technologique.

L’avenir du blé dur

………………………………………………………………………….

Les efforts de recherche sur cette espèce doivent être maintenus afin de mettre en œuvre des méthodes toujours plus performantes d’évaluation du matériel végétal sélectionné ainsi que pour évaluer l’apport de variabilité génétique originale indispensable pour assurer le progrès génétique de demain et répondre aux attentes des utilisateurs, agriculteurs ou industriels.

C’est pourquoi les membres du GIE BLE DUR continuent leurs travaux de recherche sur leurs budgets propres mais répondent également aux appels à projets (lancés essentiellement par le Ministère de l’Agriculture ou le FSOV) afin de pérenniser cette filière française de qualité.

Afin d’expérimenter les meilleures lignées issues des travaux communs et de tester les futures variétés de blé dur, les obtenteurs français disposent d’un réseau d’expérimentation commun. Ce dispositif multi-local couvre les quatre grandes zones géographiques de culture du blé dur en France (Sud-Ouest, Sud-Est, Ouest-Océan et Centre). Sa reconduction d’année en année permet de tester les futures variétés dans des contextes bien différents : variation éco-géographique, niveaux d’intrants, présence de traitement fongicide ou non, disponibilité en eau. Les données obtenues permettent ainsi d’identifier les meilleures lignées avant les épreuves d’inscription offrant ainsi aux industriels et aux agriculteurs la possibilité de se familiariser avec les futures variétés avant leur développement commercial. Les analyses des critères de qualité sont réalisées par le laboratoire du CRECERPAL, laboratoire directement lié aux industriels transformateurs.